Herzl Basel 1897 300"A Bâle, j'ai fondé l'Etat juif"

c'est probablement le slogan le plus connu du 1er congrès sioniste de 1897 à Bâle.

En raison de l'opposition du côté juif ( !), au lieu de Munich, lieu de second choix : Bâle.

1997 a été une année de célébration - 100 ans !

https://www.hagalil.com/schweiz/zion-100.htm

Outre l'indépendance politique du peuple juif sur la terre d'Israël, l'idée sioniste a toujours comporté des aspects plus larges comme idéal.

Parmi ceux-ci, il faut absolument citer

  • un Israël qui vit en paix avec tous ses voisins ;
  • un Israël totalement indépendant sur le plan politique et économique ;
  • le bien-être social et économique de tous les citoyens et communautés résidant en Israël.

[ oui, nous savons que ce n'est malheureusement pas ce qui s'est passé, la population indigène expulsée et ses descendants ne voulaient et ne veulent pas s'y résoudre ].

Benny Morris, l'un des premiers nouveaux historiens juifs israéliens, le savait également :

 "Israël est né sur les ruines des Palestiniens. [...] Si l'on voulait créer un État juif ici, au cœur du Proche-Orient arabe et musulman, on ne pouvait pas le faire sans casser de la porcelaine, c'est un euphémisme. Les Arabes devaient s'opposer à la venue des sionistes, et les sionistes devaient vaincre les autochtones et les expulser pour finalement établir leur État". Et encore : "L'historien doit écrire ce qui s'est réellement passé. Il lui est interdit d'effacer ce qui s'est passé, de le balayer sous le tapis. C'est ce qu'ont fait les dirigeants israéliens en 1948 et ensuite les fonctionnaires, les journalistes et toutes sortes d'historiens, de prétendus historiens. Ce que je leur reproche, c'est d'avoir menti sur toute l'évolution et d'avoir déformé le tableau général". Interview de Charles Landsmann avec Benny Morris : "Un sioniste moral n'a pas de problèmes ...", Basler Zeitung du 27 avril 1998, supplément "50 Jahre Israel", partie V, p. 4.

 *******

100 Jahre ZioKongress 200

100 ans de sionisme : la commémoration officielle à Bâle a été somptueuse à tous points de vue. Beaucoup de célébrités, beaucoup de publicité, beaucoup de militaires et de policiers, un budget généreux.

Il en va tout autrement du contre-congrès et des manifestations à Zurich et à Berne. Ils ont dû se contenter de peu de moyens et d'attention. Leurs ressources résidaient dans la créativité de ceux qui n'avaient pas le pouvoir, dans la diversité des perspectives post-sionistes de coexistence dans le respect mutuel, dans la solidarité.

100 ans de sionisme - libération ou oppression ?
Contributions de la contre-conférence du jubilé Herzl

>>> Préface  ( allemand )

>>> extrait pdf   ( allemand )

 

                                ********

120 ans ....   21 août 2017

Netanyahu 2017 150

Environ 1500 personnes étaient attendues pour les festivités à Bâle. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait également annoncé sa venue. On a même parlé d'une visite du président américain Donald Trump.

Mais le 16 juin 2017, le gouvernement bâlois a surpris tout le monde en annonçant son refus.

En mars déjà, le gouvernement bâlois avait fait savoir que les seuls frais de sécurité étaient estimés à 10 millions de francs.

1997 hatte zum 100-Jahre-Jubiläum ein Grossanlass in Basel mit über 1000 auswärtigen Gästen unter umfassenden Sicherheitsvorkehrungen stattgefunden.

Jene Jubelfeier war allerdings auf Basler Initiative zurückgegangen und war unter dem Patronat des Kantons gestanden. Entsprechend hatte Basel auch die Planungsfäden in der Hand und waren die Kosten kein Thema gewesen. Diesmal stand eine private auswärtige Organisation hinter dem geplanten Grossanlass.

Le président du PLR et député Luca Urgese : "La sécurité doit être garantie, mais en même temps l'événement doit être digne". Il n'est pas acceptable que le chef d'État israélien Benjamin Netanyahu utilise une telle cérémonie comme plateforme politique, par exemple pour une campagne électorale.

Tonja Zürcher, coprésidente du parti de gauche BastA !, émet également des réserves d'ordre politique. "Le congrès sioniste aurait de grandes répercussions sur toute une région et, pour le moment, la politique d'Israël n'est pas sans poser de problèmes". Zürcher fait allusion à la situation des droits de l'homme en Israël. Il est donc important que d'autres groupes comme les ONG ou les scientifiques fassent partie du congrès. Bien que cela ne soit plus guère possible en termes de temps.

La fête s'est donc déroulée en petit comité. 

                                ********

125 ans .... 28 / 29 août 2022

05.07.2022 Communiqué de presse du Conseil d'Etat BS

... en réponse à une lettre ouverte de Palästina-Solidarität Region Basel (1), que Bâle, en tant que théâtre central, joue un rôle particulier dans la commémoration du premier congrès sioniste. Pour le 125e anniversaire de cette année, le Conseil d'Etat tient également à réserver un accueil digne aux organisateurs et aux participants de la fête. Le regard sur le présent n'est pas obstrué par le jubilé ; la réalité actuelle est au contraire discutée, par exemple lors de manifestations organisées par l'Université de Bâle. (Renseignements : Marco Greiner, vice-chancelier et porte-parole du gouvernement, tél. 061 267 86 36)
( Traduction  deepl.com )
(1)  https://no-to-apartheid.com